25 Jahre Patrimoine Bus & Car

Gérée au départ du dépôt TEC de Casteau, notre association sans but lucratif « Patrimoine Bus & Car » fut créée en 1989, une époque où les vieux bus n’attiraient pas encore grand monde. Aujourd’hui, notre collection regroupe une vingtaine de véhicules dont seulement certains sont roulants, certains attendant une restauration tandis que les derniers servent de banques d’organes. Une grande majorité se trouve à Casteau, le reste étant dans un hangar loué à Nimy, dans l’entité de Mons.

Malgré que notre association ne dispose pas de musée, elle tente d'être des plus actives en organisant non seulement les portes ouvertes du dépôt de Casteau, et ce depuis 1997, mais également des excursions dont le but est de faire découvrir les autobus et les autocars, en même temps que nos régions, ou en participant à des événements en collaboration avec divers partenaires.

Voici l'historique que nous avons publié dans le livret distribué aux visiteurs lors des portes ouvertes des 23 et 24 août 2014, lors desquelles nous avons célébré le vingt-cinquième anniversaire de notre association.

Les premières démarches

En 1986, deux frères un peu fous, Henry et Fernand Maillard, entreprennent avec quelques connaissances des démarches pour disposer d’autobus déclassés par la SNCV. Ils ne rendent pas encore compte de l’ampleur du projet qui est pourtant déjà là, devant leurs yeux : le rassemblement et la gestion d’une collection la plus représentative et complète possible de l’histoire des autobus et autocars dans notre pays.

Nous nous activons au départ autour de la préservation des échantillons des plus anciennes séries d’autobus de la SNCV existant encore à ce moment-là, essayant de leur éviter la casse, quitte à donner par après ceux qui nous ont été reçus ou à les revendre au prix coûtant à d’autres qui en assurent la conservation ou, mieux encore, la restauration.

Notre association naît officiellement le 21 juillet 1989 sous le nom « Bus & Car ». Nous sommes les premiers à nous occuper exclusivement de ces véhicules de transport en commun sur pneu, alors qu’ils sont des témoins vivants de l’évolution industrielle tout autant que leurs frères sur rails, tramways et trains, préservés depuis de nombreuses années.

Notre premier port d’attache est le dépôt vicinal de Solre-sur-Sambre. C’est là qu’arrive, tiré par un Unimog, notre premier véhicule, le Van Hool/Fiat 420HA St.6 3442 du groupe de Namur-Luxembourg de la SNCV et construit en 1968. Celui-ci ne sera pas conservé suite à l’entrée dans la collection d’un véhicule semblable, le 3361 de 1967.

Ensuite, en 1990, suit un Daf MB200 carrossé par Van Hool, qui sera remis en état. Vu sa livrée aux couleurs de la SNCB, il est rapidement baptisé «  Daf vert », un nom qui lui colle encore toujours à la peau. Ce véhicule datant de 1972 a appartenu tout d’abord au fermier Ernest Gilson, chez qui il portait le numéro 12, avant d’être repris en 1981 par la société Sotragaume, qui l’a baptisé 563312.

L’arrivée à Casteau

L’année suivante, la toute jeune Société Régionale Wallonne du Transport (SRWT) revend le dépôt de Solre-sur-Sambre et nous déménageons vers notre nouvelle base, là où nous sommes toujours, et seront – espérons-le – encore pour longtemps : le petit dépôt de Casteau, en bordure de la chaussée de Bruxelles vers Soignies.

Le site du dépôt de Casteau est un des plus beaux héritages des Vicinaux qui existent encore aujourd’hui. Il est encore complet, formé des trois éléments principaux qu’il comptait déjà lors de l’exploitation des tramways à vapeur : la double remise, la « maison d’habitation » pour le chef de dépôt et le château d’eau.

Pour donner pleinement un cachet vicinal à l’ensemble, se dresse au-dessus de l’Obrecheuil, juste à l’arrière du site, au milieu des champs, un viaduc de cinq arches de huit mètres qui autrefois supportait la ligne de tram vers Bracquegnies. Aujourd’hui, il soutient les conduites de gaz de Fluxys, qui entretien toujours la maçonnerie.

Un lien avec le TEC Hainaut

Le relais de ce patrimoine tant immobilier que mobilier est le souci permanent des fondateurs. La mise sur pied d’une association de membres du personnel du TEC Hainaut est l’objectif permettant de garder ce patrimoine vicinal hennuyer au travers des véhicules et de documents et autres pièces en complémentarité avec l’ASVi. Sous notre égide, l’Amicale du Patrimoine Vicinal naît en 1996. Après un démarrage en association de fait et avec notre assistance, cette association alors agrée par le TEC Hainaut devient une ASBL en 2008, pour donner un cadre légal plus sérieux aux activités. Cependant, le partenariat est difficile pour garantir la pérennité par une gestion rigoureuse. L’Amicale du Patrimoine Vicinal déclinera malheureusement à ces exigences. Aujourd’hui, nous sommes toujours en quête de membres du personnel du TEC Hainaut pour lancer une nouvelle association capable de bénéficier de l’agrément de l’exploitant et de prendre le relais.

Une collection qui s’agrandit

Au fil des années, notre collection s’agrandit. Nous n’allons pas énumérer ici tous les véhicules que nous avons vu passer. Mais nous nous devons d’évoquer quelques pièces majeures.

Les Van Hool AI 119/2, plus grande série d’autobus jamais commandée en une fois par la SNCV est, bien logiquement, la plus représentée. Même s’ils n’ont pas été tous présents en même temps dans notre collection, nous aurons eu entre les moins au moins huit exemplaires : 4519, 4530, 4546, 4548, 4701, 4717 et 4782. Et tous ont des histoires bien différentes.

Le 4546 fut utilisé en 1994 pour une première excursion en région montoise. Le 4548, en dernière livrée vicinale, toujours présent et dont la restauration est en cours, pourra reprendre prochainement du service. Ensuite, le 4519 fut repeint en rouge vicinal et, immatriculé comme camion, fut utilisé comme autobus d’exposition. Quant au 4530, il retrouve chez nous la fonction qu’il avait au TEC Hainaut avant d’être mis hors service : le dépannage. Les autres véhicules, ont servi de banque d’organes.

Le Van Hool A120, l’» autobus interurbain de classe », comme le vante son constructeur est aussi présent. Même si le prototype 5090, récupéré au TEC Brabant Wallon, a dû malheureusement être démoli, le 5091 et le 2053 sont toujours présents, en attendant une éventuelle restauration.

A la fin des années nonante, nous nous portons acquéreur, à des moments différents, de deux autocars Chausson, marque française dont de nombreux véhicules vinrent renforcer les parcs de matériel roulant dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale. Malheureusement, vu leur état général et le fait qu’ils ne sont pas les plus représentatifs de notre pays, nous nous en séparerons en 2007. L’un des deux sera revendu à l’association des amateurs de transport de Varsovie (KMKM) par qui il sera entièrement restauré. « Inauguré » en 2013, il pourra alors arpenter les artères de la capitale polonaise dans les couleurs de l’ancien exploitant local.

Plus ou moins à la même période, nous récupérons du TEC Namur-Luxembourg deux anciens Van Hool 420HA St.6 de 1970 transformés en véhicules de service. Après avoir porté les matricules 3539 et 3543 en service voyageurs, ils sont ensuite devenus 7517 et 7532. Le premier, peint dans une livrée spécifique, était utilisé par le service «  Sécurité, Hygiène et Entretien des bâti¬ments » et est encore équipé pour former le personnel ! Le second, après avoir adopté une couleur bleue et des bandes de sécurité, officia en tant que véhicule de dépannage.

Aux côté des autobus « standards », avec une longueur de 12 mètres, des véhicules aux tailles moins standards entrent dans notre parc : des urbains, plus courts, et un articulé. Le 2565 et le 2550, tous deux des Brossel A72DAR de 1964, font partie des petits. Le Van Hool AG 280/1 5763 fait partie de la première série d’autobus articulés de la SNCV. Portant toujours les couleurs vicinales orange et crème, il termine sa carrière au TEC Hainaut en 2004 sous le numéro 3.508.

Aux côtés des véhicules de régie, ayant appartenu directement à la SNCV, des véhicules d’exploitants privés – les fameux « fermiers » – arrivent également à Casteau. Parmi eux, des pièces rares attendent également de recevoir l’attention qu’elles méritent, comme le Daf MB200/Desot 9671.11 de 1972 de la société Van Mullem & Zonen de Tirlemont ou le Daf TB163/Verleure 4541.24 de 1971 des Autobus Geenens.

Dans le nom de l’association, « Patrimoine Bus & Car », il y a aussi le mot « car ». Ceux-ci ne sont donc pas en reste. Nous hébergeons notamment un Van Hool 308 de la société bruxelloise Gilles datant de 1973, un Büssing TÜ7 de 1964 et un Daf MB200/Jonckheere de 1978 du tirlemontois s’Heeren.

Cherche : lieu de préservation

Une collection telle que la nôtre prend évidemment beaucoup de place et, seul, le petit dépôt de Casteau ne peut pas tout accueillir, sachant que, mis à part les quatre qui trouvent un toit dans le hangar que nous louons, la majorité des véhicules dort à la belle étoile et… survit au gré des intempéries.

En complément du dépôt de Casteau, c’est tout d’abord dans la grange d’une ferme de Neufvilles que certaines de nos plus belles pièces trouvent refuge. Un endroit paisible, mais pas forcément pratique…

En l’an 2000, notre association se voit attribuer un des quatre bâtiments de l’ancienne pharmacie militaire de Mons, entretemps propriété de la Ville de Mons, dans le but est de réaliser un centre d’exposition historique accessible au public. De nombreux véhicules y sont amenés dans le courant de l’année 2001 et les premiers aménagements sont réalisés.

Malheureusement, suite à la probable accession à la première division de football du RAEC Mons dont le stade jouxte la pharmacie militaire, la Ville de Mons résilie notre contrat de location début 2002 pour y construire un parking. Le site restera pourtant encore longtemps tel quel, avant que tout ne soit rasé pour construire des logements.

L’année suivante, certains des véhicules abrités à Mons atterrissent dans un hangar privé à Nimy, près de Mons. Même si certains y sont toujours abrités aujourd’hui, nous recherchons encore et toujours une alternative à cette solution qui, même si elle est onéreuse, a le mérite d’exister.

En attendant de trouver cette alternative, nous nous voyons malheureusement obligés de littéralement « rationnaliser » notre collection et ne garder les pièces qui ont le plus d’attrait.

Heureusement, même si certains véhicules partent pour la démolition, d’autres trouvent de nouveaux acquéreurs prêts à les sauvegarder, ce qui permet au moins d’assurer une continuité. C’est ainsi, par exemple, que le bus urbain Van Hool AU124 4835 est parti vers Nostalbus ou le petit car Van Hool 320 de 1970 a traversé les frontières vers un collectionneur français.

Des activités diverses

Nous tenons dès le départ à faire profiter un large public de notre collection et de cet écrin qu’est le dépôt. Nos premières portes ouvertes ont lieu depuis 1997 presque chaque année. Elles ont lieu cette année pour la seizième fois ! Chaque édition est l’occasion de présenter un thème particulier autour duquel nos expositions, tant en véhicules qu’en documents, s’articulent.

Outre les portes ouvertes, nous aurons eu l’occasion, au cours de nos 25 premières années, de prendre part à des activités diverses, destinées soit à nous faire connaître non seulement du microcosme des amateurs d’autobus et autocars mais également du grand public, soit à tenter de récolter les fonds nécessaires à nos objectifs.

C’est ainsi, par exemple, que nous transportons chaque année en mai les spectateurs de la «  Nuit de la Musique » organisée par l’administration communale de Silly entre les divers établissements de l’entité dans lesquels se présentent les musiciens.

En 1999, nous avons également pu participer au tournage d’un téléfilm avec Mimie Mathy avec le 4519 en livrée rouge aux côtés de l’AMN 955 du Musée du Transport au Pays de Liège. Ce fut l’occasion aussi de faire une excursion dans le Borinage avec le véhicule de nos confrères.

Dans les années 2000, nous participerons au tournage de plusieurs spots publicitaires, dont un pour l’opérateur télécom Orange, dont le nom deviendra « Base », en 2002 et un autre pour le fournisseur d’énergie Electrabel trois ans plus tard.

2004, l’année de nos 15 ans

Cette année, le dépôt de Casteau est le théâtre d’un chantier de mise aux normes actuelles pour les besoins de l’exploitation par le TEC Hainaut. Une nouvelle installation pour le remplissage du carburant remplace une autre, d’un autre âge. En même temps, le château d’eau est complètement sablé et modernisé pour accueillir la nouvelle salle de garde des chauffeurs, qui remplace la pièce dédiée dans la maison d’habitation.

Mais 2004, c’est aussi l’année d’un anniversaire qu’on fête en grandes pompes avec la première édition du CBCOF, le « Casteau Bus & Coach Old timer Festival », un rallye qui nous emmène, accompagné de plusieurs véhicules de Belgique et des Pays-Bas, sur les routes du Hainaut.

Dans la foulée de nos 15 ans, le mot « patrimoine », représentant notre raison de vivre quotidienne, est adjoint au nom de l’association pour former «  Patrimoine Bus & Car ». Si cette formulation apparaît déjà sur le logo pour les portes ouvertes et le CBCOF de 2004, ce n’est qu’en décembre 2005 qu’il est officialisé au Moniteur belge.

Le premier autobus restauré

En 2008, après quatre ans de travaux et de nombreuses péripéties dont on aura appris énormément, le premier véhicule entièrement restauré est présenté au public lors de nos portes ouvertes : le 3135. Tout comme le Van Hool 420HA St.4 3066 du même âge, récupéré en même temps mais démoli en 2007, ce Brossel/Jonckheere A91 DAR/H mis en service neuf par la SNCV en 1965 a fini sa carrière dans le port d’Anvers auprès de la société Mercantile-Béliard. Il a entretemps retrouvé ses couleurs originales, rouge et crème ceinturé de brun, et c’est avec une émotion à peine dissimulée que nous le remettons sur la route !

Une des premières grandes sorties du 3135 est pour la chaîne VT4 et son reality show «  De jeugd van tegenwoordig » (La jeunesse d’aujourd’hui), dans lequel des adolescents vivent dans l’atmosphère d’une école d’antan et pour lequel notre bus adopte un vert militaire. Dans la région de Verviers, nous transportons les écoliers entre leur « école des cadets », leurs camp d’entraînement ou encore leur église…

Et en 2010, notre 3135, redevenu rouge, est la vedette d’un autre tournage, celui du film flamand «  Groenten uit Balen » du régisseur Frank Van Mechelen, qui retrace la vie d’une famille ouvrière dans le village de Campine de Balen pendant une grève sauvage de neuf semaines dans une usine.

Et quelques excursions…

Dès que la possibilité se présente, nous emmenons les amateurs d’autobus et autocars à bord de véhicules les plus exotiques les uns que les autres ou en fin de carrière régulière.

En 2005, c’est par exemple au tour du Volvo B 10 M/Berkhof Excellence 500 4531.05 de l’exploitant Dujardin, datant de 1991. En 2011, l’exploitant Naway nous permettait de voyager avec le dernier autobus en service régulier aux couleurs de la SNCV, le Van Hool A 500 4601.10 de 1991.

En 2013, en collaboration avec nos confrères de l’association NostalBus, nous vous transportons une dernière fois à bord de divers véhicules du TEC Charleroi – Van Hool A 120 ex-STIC, Van Hool A 120 IC et A 600 ex-SNCV.

En 2014, la série continue, avec entre autres, le même jour, le Mercedes-Benz O 408 5632.47 de Transports Penning, et le Scania L113/Marco Polo Allegro 6011.06 de Poncelet. Et, si ce ne sont que des exemples, nous avons déjà quelques idées en tête pour les excursions suivantes !

L’aventure continue

Aux côtés des plus anciens, une génération nouvelle se pointe – une absolue nécessité, l’enjeu principal étant la durée – et constitue en 2014 le «  Groupe Technique Bus ». Ils sont la relève dans cette lourde et onéreuse tâche que cette préservation et cette animation autour des autobus et autocars qui ont été et sont encore pour beaucoup le souvenir de nos années de scolarité !

En 2014 toujours, nous accueillons une nouvelle pièce, le Van Hool A 120 P 9051.11 de l’exploitant Cardona & Deltenre de Nivelles. Datant de 1984, il est en bon état et permet de compléter le 3135 parmi les véhicules roulant, en attendant que d’autres véhicules soient remis en état.

Nos moyens

Patrimoine Bus & Car ne bénéficie d’aucune aide financière structurelle et, hormis des dons épars, fonctionne sur fonds privés.

Outre le soutien permanent que nous recevons de la direction et du personnel de l’exploitant local TEC Hainaut, nous avons pu compter sur le l’aide technique d’autres sociétés, comme celles de la SRWT, de l’atelier d’Andenne du TEC Namur-Luxembourg, du TEC Brabant Wallon – au travers de dons de pièces – et même, à plusieurs reprises, de De Lijn, notamment lorsqu’un de nos véhicule est tombé en panne à quelques encablures du dépôt de Malines.

Pour l’intérêt général, les partenariats ont toujours été de mise, que ce soit avec des personnes privées ou des associations intéressées par les autobus et aux autocars, tant pour le sauvetage que pour la préservation. Nous pensons principalement au Musée du Transport en Commun Bruxellois et au Chemin de Fer de Sprimont, ainsi qu’à NostalBus et Blauwhoef.

Un hommage particulier…

… pour notre ami André De Pril, qui nous a quitté dans un tragique accident de la route le 24 juin 2002 alors qu’il était « en service » pour l’association. C’est toujours avec beaucoup d’émotion que nous pensons à lui.

© Patrimoine Bus & Car VoE   |    2004-2017   |    Alle Rechten vorbehalten   |    Rechtliche Hinweise